30 octobre 2004

Power of two

Dans la famille folk américaine, il y a les Indigo girls, un duo composé de Amy Ray et Emily Saliers, qui sont, corrigez moi si je me trompe, toutes deux lesbiennes. Je les connais malheureusement encore trop peu. Je suis en train de m'y attaquer, grâce notamment à Sofff, qui tient leur site français. J'ai mis une chanson live sur ma radio.blog, Everything in its own time, tiré de Shaming of the sun, en 1997. Ce matin, C. m'a demandé si j'aimerais jouer avec quelqu'un d'autre ou dans un groupe. Je lui ai répondu que pour l'instant je préfèrais être seul. Lorsque l'on joue/travaille avec d'autres personnes, il faut gérer les egos. Quand il s'agit de surcroît d'un projet artistique, la tâche me semble particulièrement compliquée. Je compose, je joue et je chante. A priori, je peux me suffire à moi-même. C'est en pensant aux Indigo girls que j'ai un peu changé d'avis. Quel bonheur de pouvoir jouer avec quelqu'un qui est sur la même longueur d'onde que soi... Je crois qu'Amy et Emily ont chacune leurs chansons, qu'elles chantent toutes les deux. Amy joue également en solo de temps à autres, avec le groupe The butchies. Alors, effectivement, j'aimerais fonctionner dans un duo folk libre et fructueux type Amy/Emily. Mais un duo, c'est comme un boyfriend, ça ne se cherche pas, ça se trouve. Sans vouloir être pessimiste, je crois que trouver un boyfriend est chose plus aisée. Chaque chose en son temps, comme dit la chanson.